Apiculture naturelle en ruche horizontale

De part sa conception, la ruche horizontale TBH ne permet pas la pratique l'apiculture intensive, la production de miel sera limitée à quelques kilos mais le bonheur sera sans limites...

 

La ruche Kenyane n'a pas de cadres garnis de cire gaufrée dans la ruche, elle est vide ! les abeilles y construisent leurs rayons en s'accrochant aux lattes jointives formant le plafond (le lattis). Elles confectionnent les rayons et leurs alvéoles en tenant compte de la taille des abeilles présente dans la ruche. Les habitantes des ruches horizontales ne connaissent pas le préfabriqué de la cire gaufrée...

 

L'abeille noire est privilégiée même si elle n'a pas le meilleur caractère, ne démarre pas très vite au printemps et à tendance à essaimer. Cette race locale, d'europe de l'ouest et du nord, n'a pas que des qualités mais elle est rustique et bien adaptée à nos régions. Elle ne consomme pas trop de réserve l'hiver et n'a pas la réputation de faire de grosses colonies. Les abeilles d'importation ont bien failli lui faire prendre la voie de la disparition !

 

Quand vient le temps de la récolte, au printemps, le prélèvement se fait lattes par lattes. C'est le surplus qui revient à l'apiculteur ( ou plutôt l' apimane*) , les abeilles redémarrant une nouvelle saison de butinage. Il n'y aura nourrissement (et au miel s'il vous plait !) que si les réserves de la colonie sont insuffisantes (hiver très rigoureux, printemps trop tardif).

 

La récolte artisanale (décrite ICI ) utilisant un couteau, un saladier et une passoire, renforce le goût du miel recueilli. Sans air ajouté par une centrifugeuse il n'a pas besoin de murir dans un maturateur. Les particules de propolis et de cire mélangées lui confèrent un goût plus dense. La récolte sera bien moindre comparée à l'apiculture traditionnelle mais quel bonheur de déguster ce miel du jardin de qualité supérieure.

 

La reine est libre comme une abeille ! Si la colonie décide d'essaimer, une moitié s'en ira avec elle, une nouvelle naîtra dans les jours qui suivent. Cette nouvelle reine sera fécondée par des mâles des ruches environnantes et rentrera pour pondre pendant plusieurs années. L'essaimage est le moyen naturel de multiplier l’espèce, la colonie en sera certes reduite et synonyme d'une récolte plus faible quand il se produira. Si vous avez la chance de récupérer cet essaim vagabond (voir page essaim), ce sera l'occasion de mettre une nouvelle ruche en route .

 

L'apimane* en ruche horizontale respecte l'abeille, la laisse travailler à son rythme et ne récolte que le surplus des réserves de miel. L'abeille étant un animal thésauriseur (qui accumule plus que de nécessaire)  il y aura toujours quelques pots pour l'apiculteur. Pour en savoir plus

 

* Apiculteur : qui élève des abeilles, Apimane: qui aime les abeilles ...

Suivre la Ruche Naturelle sur Face Book :